C'est le progrès

Publicité de 1956

Années 50 : La découverte du Formica

Icone parmi les icones des Années 50, les meubles en Formica ont représenté une véritable révolution pour les ménagères. Ils ont apporté de la couleur à des cuisines un peu ternes, mais étaient surtout synonyme d’hygiène alimentaire pour tous les foyers.  

L’article de la revue Architecture Aujourd’hui paru en 1954 que nous reproduisons, fait suite à un voyage de presse organisé par la société De La Rue à l’occasion de l’inauguration de l’usine destinée à fabriquer du Formica pour le marché français. Une sorte de ‘’publi-reportage assez instructif.

Le Formica a été inventé en 1912 aux Etats-Unis deux ingénieurs américains, Herbert A. Faber et Daniel J. O’Conor de Westinghouse travaillant sur l’isolation électrique. Leur invention étant apparu comme étant un excellent isolant électrique beaucoup moins cher que le mica utilisé jusqu’alors, ils l’ont tout simplement baptisé ‘’For-mica’’. Elémentaire, mon cher Watson !

Il est très vite utilisé outre-Atlantique en décoration pendant l’entre-deux-guerres, et connaîtra une très grand succès ensuite dans le monde entier. Au point que Formica rejoindra Frigidaire, Kleenex et Sopalin dans la catégorie des marques devenues des autonomases.

Mais avec le tournant du choc pétrolier et le développement d’un certain marchand de meubles suédois, la société va se concentrer sur le marché de l’industrie du meuble et de l’aménagement de magasins. L’usine de Quillan va fermer en 2004. Pourtant, encore aujourd’hui, nous continuons à utiliser en permanence des meubles en panneaux de mélaniné ou en stratifié !

L’inauguration de l’usine de Quillan

Architecture d’Aujourd’hui, octobre 1954

La Société De La Rue fabrique depuis de longues années en Angleterre, les panneaux de revêtement en matière plastique stratifiée « Formica ». La société française Formica fut fondée à son tour en 1950 pour distribuer en France les panneaux « Formica » importés d’Angleterre. Mais devant le succès de ces panneaux d’une qualité extraordinaire, il a fallu envisager la création d’une usine de production en France.

C’est à Quillan, dans l’Aude (dans une ancienne chapellerie N.D.L.R.), qu’elle fut installée et, après une mise au point qui dura environ deux ans, car la fabrication du Formica est très complexe et demande des soins et des contrôles nombreux, elle est maintenant en mesure de satisfaire les besoins français déjà très importants. 

La Société française De La Rue avait organisé, pour la visite de cette usine en fonctionnement, qui occupe une superficie de 18.000 mètres carrés dont 6.000 couverts, une réunion à Quillan à laquelle étaient conviés de nombreuses personnalités politiques et administratives, les représentants de la presse parisienne et régionale. Ils reçurent un excellent accueil de la part de dirigeants et des technicien de la Société et purent ainsi connaître la fabrication des panneaux de « Formica ».

L’usine Formica de Quillan, installée dans l’ancienne chapellerie Bourrel – carte postale APA

De simples feuilles de papier imprégnées de résine

Ces panneaux sont constitués par la superposition de feuilles de papier, imprégnées de résine synthétique thermodurcissable ; l’assemblage ainsi obtenu donne un produit absolument homogène et compacte après traitement à température et pression élevées.

Cette définition succincte se traduit en pratique par la disposition suivante. En partant de la surface non décorative, c’est-à-dire du panneau, on distingue :

  1. Le ‘’corps’’ du matériaux composé de feuilles de papier kraft imprégné de résine ;
  2. La ‘’surface’’ décorative constituée par une feuille également imprégnée, sur laquelle a été imprimé un motif ;
  3. La ‘’pellicule de protection’’ constituée par une feuille de papier transparent, imprégné de résine incolore, la ‘’Mélamine’’ qui, outre sa très grande duret superficielle, met en valeur le motif du panneau.

Les trois catégories de papier perdent leur nature de feuilles pour former un ensemble homogène, résineux, auquel les fibres du papier servent d’armature.

La surface du panneau présente un aspect brillant qui est le ‘’fini’’ naturel du « Formica » tel qu’il sort des presses. Ce poli est obtenu simplement en plaçant dans la presse une tôle polimiroir contre la surface décorative du panneau. Il est également possible de donner aux panneaux un ‘’fini mt’’ par un procédé mécanique à partir du ‘’fini brillant’’.

Quant au dos du panneau, il est poncé de façon à obtenir une surface rugueuse permettant un collage parfait.

Les propriétés physiques du « Formica » se caractérisent surtout par une surface parfaitement lisse et dure se rayant difficilement, résistant aux chocs, aux frottements, à la chaleur et n’entretenant as la combustion.

Il faut signaler, de plus, sa résistance aux acides usuels, à l’eau douce et à l’eau de mer, aux solutions alcalines, à l’alcool, aux solvants organiques, aux huiles minérales et organiques.

Une erreur toutefois : les panneaux « Formica » décorés en faux bois qui imitent les bois de chêne, ou d’acajou ; même si la qualité de la surface de ces panneaux est supérieure au bois plaqué et vernis, il serait préférable de donner aux panneaux de plastique stratifiée, matière moderne par excellence, son aspect propre et non la réduire à une imitation.

W.M.

Publicité de 1958

Pour conclure dans la bonne humeur ….

Pour conclure dans la joie et la bonne humeur, nous vous invitons à regarder (après la pub) cette publicité de la marque Formica :https://www.youtube.com/watch?v=IRP8ebiYP2c

SOURCES /

”Architecture d’Aujourd’hui, octobre 1954

Pour en savoir plus sur l’histoire du Formica, nous vous recommandons l’article qui lui est consacrée par le site decoquinarerum.https://decoquinarerum.com/le-formica-cetait-formidable-et-made-in-france/